Les investisseurs des syndicats lancent un avertissement à XPO

Réunis à Berlin, les experts en investissements des syndicats ont mis en lumière les pratiques de travail du prestataire américain de services logistiques XPO.

L’évaluation a été presentée par Paddy Crumlin, président de l’ITF, lors d’une réunion du Comité sur le capital des travailleurs (CWC) qui rassemblait plus de 80 délégués de 15 pays – y compris des administrateurs de grandes caisses de retraite dont les actifs sont gérés par Orbis Investment Management, le principal actionnaire de XPO.

Paddy Crumlin s’est adressé à la conférence en ces termes : « Je suis fier d’affirmer que le CWC joue un rôle essentiel pour mettre en avant les questions concernant les droits des travailleurs. Nous parlons beaucoup de la valeur pour les actionnaires ; nous, en tant que gardiens du capital des travailleurs, devons revendiquer les valeurs auxquelles nous tenons. »

« Le CWC est là pour permettre aux syndicats de coopérer mondialement et de mobiliser le capital des travailleurs pour soutenir nos camarades confrontés à l’emploi précaire et aux pratiques d’intimidation antisyndicales. J’espère que tous les participants au CWC feront ce qui est en leur pouvoir pour soutenir la campagne XPO, et s’assurer que notre capital soutient les personnels de XPO où qu’ils se trouvent. »

M. Crumlin a conclu : « Nous appelons les gestionnaires de fonds à s’adresser à la direction de XPO, à transmettre nos préoccupations et à exiger de l’entreprise qu’elle annonce un plan de transition pour faire de ses sous-traitants indépendants des employés de plein droit. Nous leur demandons en outre d’exiger des rapports de durabilité plus exhaustifs. »

L’ITF a établi en juillet un groupe de travail pour s’attaquer aux tactiques antisyndicales et anti-travailleurs de XPO. XPO consacre des centaines de milliers de dollars aux briseurs de syndicats pour contrecarrer les tentatives de syndicalisation des travailleurs aux États-Unis ; elle a réduit drastiquement les prestations aux travailleurs et classe les travailleurs dans une catégorie inadaptée, celle de travailleurs indépendants. En Europe, XPO supprime des emplois en dépit de ses promesses affirmant le contraire, classe les travailleurs dans la mauvaise catégorie et a refusé d’accorder à ses employés des pauses pour aller aux toilettes ou aller boire de l’eau. Partout dans le monde des travailleurs s’opposent à ces mesures qui leur sont hostiles.

Ajoutez votre commentaire

Tous les commentaires